Surveillance de l'analgésie chez patients en soins intensifs

Nécessité de l'analgésie optimalisée chez patients en soins intensifs

On associe souvent les mesures de thérapie médicale à des douleurs importantes. Soulager adéquatement la douleur (analgésie) constitue un élément essentiel de toute thérapie médicale.

Une analgésie insuffisante pourra s'avérer dangereuse pour le patient comme par exemple l'agitation et réactions dues au stress. En outre, la thérapie analgésique excessive pourra avoir des conséquences néfastes comme par exemple par la probabilité et gravité plus accrue des effets secondaires dépendant de l'analgésie ainsi que la prolongation de la période de respiration artificielle. Les sous et surdosages d'analgésiques pourront augmenter la mortalité ainsi que la morbidité du patient et aboutir à une augmentation des coûts de traitement.

C'est pour ces raisons que société allemande d'anesthésiologie et de soins intensifs a indiqué dans ses lignes directrices relatives à l'analgo-sédation la nécessité urgente, en plus de la sédation, d'administrer également une analgésie optimale aux patients soumis à sédation.

Problématique du dosage d'analgésiques pour patients en soins intensifs ne pouvant communiquer

La difficulté du dosage d'analgésiques pour patients ne pouvant communiquer comme par exemple les patients sous sédation, en réanimation est également soulignée dans la présente directive. Le dosage conventionnel en fonction de paramètres cliniques tels que des réactions de mouvements, expressions du visage, changements de la fréquence cardiaque ou de la pression artérielle sont connus pour être inexactes: la forte dépendance de ces signes aux influences non douloureuses résulte en une spécificité de la douleur faible, de sorte à ce que l'on ne puisse pas en conclure que le patient éprouve réellement de la douleur lorsque les paramètres cliniques sont modifiés. En plus de ce manque de spécificité, on sait que les paramètres cliniques classiques présentent également une faible sensibilité à la douleur. Les patients peuvent donc également souffrir de graves douleurs sans que ceci ne se retrouve dans les paramètres cliniques.

Les procédé utilisés expérimentalement jusqu'à présent avec l'appareil pour mesurer l'analgésie chez les patients ne pouvant pas communiquer comme par exemple le procédé basé sur l'interprétation de l'électroencéphalogramme ou les changements dans l'activité du système nerveux autonome (par exemple réponse électrodermique ou variabilité du rythme cardiaque), n'ont pas pu, en raison de la spécificité de la douleur mineure, livrer des résultats satisfaisants en utilisation clinique.

Avantages de la mesure automatique des réflexes de la douleur

Le nouveau procédé automatique de mesure des réflexes à la douleur permet non seulement une évaluation spécifique et sensitive du degré de soulagement de la douleur chez ces patients ne pouvant communiquer, mais également comme procédé en continu, en plus de pouvoir déterminer la mesure de l'analgésie à un seul moment donné, de suivre l'évolution de l'analgésie sur une période plus longue.


EN SAVOIR PLUS

Avantages

Avantages d'une thérapie optimalisée contre les douleurs chroniques pour patients en soins intensifs :


  • État de santé et satisfaction du patient accrus

  • Séjour du patient en station de soins intensifs raccourci

  • Diminution de la durée de réanimation du patient avec réduction des complications (infections, pneumonies etc.)

  • Diminution de l'ensemble des soins due à une réduction de complications pouvant survenir.

© CMS Mosaic